Hopper_beetle
Hopper Beetle
Click here to play this game
topblog Ivoire blogs

04/07/2013

La vaginite - infection vaginale (mycose)

La vaginite est une inflammation du vagin qui est le plus souvent due à une infection, mais pas toujours. Elle se traduit par une irritation, des démangeaisons ou des sensations douloureuses à lavulve ou au vagin, ainsi que par des pertes vaginales « anormales ». On parle aussi de vulvo-vaginite.

Cette affection est relativement courante : 75 % des femmes seront touchées au moins 1 fois dans leur vie. Les vaginites constitueraient le motif le plus fréquent de consultation médicale chez les femmes.

Types de vaginites

Vaginites infectieuses. Les vaginites les plus courantes sont causées par des micro-organismes, comme des bactéries, des virus, des parasites ou une levure (la levure est un champignon microscopique).

Les vaginites infectieuses peuvent être causées par :

  • Une perturbation de l’équilibre du milieu vaginal. Le vagin est un milieu où vivent de nombreux micro-organismes protecteurs, qui constituent la flore vaginale (ou flore de Döderlein). Le bon équilibre de cette flore permet d’empêcher la multiplication des bactéries ou levures nocives et prévient les infections. Le milieu vaginal a un pH relativement acide. Une modification du pH ou de la flore, mais aussi des taux anormaux de glucose, de glycogène, d’anticorps et d'autres composés dans les sécrétions vaginales peuvent déséquilibrer la flore vaginale.
     
    De même, l’âge, les rapports sexuels, les grossesses, la pilule contraceptive, les mesures d’hygiène ou les habitudes vestimentaires peuvent perturber la flore. Cela peut conduire à une prolifération anormale de bactéries ou de champignons déjà présents dans le vagin. La vaginite à levures causée par la levure Candida (aussi appelée mycose ou candidose vaginale) et la vaginose bactérienne causée par la bactérie Gardnerella vaginalis sont les plus fréquentes.
  • L’introduction du parasite Trichomonas vaginalis dans le vagin durant un rapport sexuel avec un partenaire infecté. Ce type de vaginite se nomme trichomonase.

Vaginite atrophique (sécheresse vaginale). Ce type de vaginite est provoqué par une baisse du taux doestrogène après l’ablation chirurgicale des ovaires ou à la ménopause. On observe alors un amincissement et un dessèchement de la muqueuse vaginale, qui devient plus sensible et s’irrite facilement.

Vaginite d'irritation. L’inflammation vaginale peut être causée par des produits chimiques irritants ou des réactions allergiques provoquées par les spermicides, les douches vaginales, les détergents, les savons parfumés, les adoucisseurs de tissu, les condoms en latex ou l’utilisation prolongée d’un tampon.

Note. Dans ce document, il sera essentiellement question des vaginites infectieuses, qui représentent environ 90 % des cas de vaginite.

Complications possibles

En général, les vaginites n’entraînent pas de complications. Elles peuvent cependant poser problème chez les femmes enceintes. En effet, les vaginites causées par des bactéries ou par le parasite Trichomonas vaginalis peuvent provoquer des accouchements prématurés.

Les vaginites bactériennes et la trichomonase augmentent également le risque de contracter le virus de l’immunodéficience humain (VIH) et d’autres infections durant les relations sexuelles non protégées avec un partenaire infecté.

Par ailleurs, certaines vaginites ont tendance à récidiver plusieurs fois par an, voire tous les mois (surtout la candidose vaginale). Ainsi, près de la moitié des femmes ayant eu une candidose vaginale présenteront une deuxième infection26. Au total, environ 5 % des femmes en âge de procréer ont plus de 4 infections de candidose par an28. Or, les vaginites récurrentes peuvent altérer considérablement la qualité de vie et avoir des conséquences importantes sur la vie sexuelle des femmes atteintes. Elles sont en outre difficiles à traiter.

Les symptômes de la vaginite - infection vaginale (mycose)

·         Des douleurs et des démangeaisons au vagin, et souvent à la vulve.

·         Un changement important dans l’odeur, l'abondance, la texture et la couleur des pertes vaginales peut être le signe d’une vaginite infectieuse. En cas d’infection à levures, les pertes sont souvent blanchâtres, avec un aspect de lait caillé. Lorsqu’il s’agit d’une infection bactérienne, elles sont plutôt grises ou jaunâtres et malodorantes.

·         Une sensation d'irritation ou de brûlure durant la miction et durant les rapports sexuels.

·         Une enflure et une rougeur de la vulve.

·         Un léger saignement vaginal, dans de rares cas.

Plusieurs femmes atteintes de vaginite infectieuse n'ont aucun symptôme.

Le parasite Trichomonas vaginalis peut rester plusieurs années dans le vagin sans provoquer de symptôme.

 

Les personnes à risque et facteurs de risque de la vaginite - infection vaginale (mycose)

Personnes à risque

·         Les femmes atteintes de diabète dont la maladie n’est pas bien maîtrisée (donc vivant des crises d'hyperglycémie) sont plus sujettes aux vaginites à levures, les levures étant friandes de glucose.

·         Les femmes enceintes. Les vaginites à levures sont de 10 à 20 fois plus fréquentes durant la grossesse. La vaginose bactérienne est également plus fréquentes, touchant de 15 % à 20 % des femmes enceintes27. La principale raison serait l’augmentation du taux doestrogène, du pH, du taux de glycogène vaginal et du taux de sucre sanguin chez la femme enceinte.

Facteurs de risque

Vaginite à levures et vaginose bactérienne

·         La fatigue causée par un manque de sommeil, le suivi d'un régime amaigrissant, le stress, un médicament, une maladie ou tout autre état qui affaiblit le système immunitaire.

·         La prise d’antibiotiques, car ils détruisent la flore bactérienne naturelle du vagin. Les corticoïdes peuvent également causer la croissance du Candida.

·         La prise de la pilule contraceptive, chez certaines femmes.

·         Le port de sous-vêtements en tissus synthétiques et de vêtements serrés, qui retiennent la chaleur corporelle et créent un milieu humide propice à la prolifération de la levure Candida.

·         La consommation d’aliments riches en sucre.

·         Un traitement aux œstrogènes.

·         L'utilisation régulière de douches vaginales à des fins « hygiéniques » (3 fois ou plus par mois) ou l’usage de produits intimes antiseptiques.

·         Le port d’un stérilet en cuivre.

·         Un nouveau partenaire sexuel ou de nombreux partenaires (il s'agit d'une hypothèse concernant la vaginose bactérienne29).

Trichomonase

·         Des relations sexuelles non protégées avec un partenaire infecté ou avec des partenaires multiples.

La prévention de la vaginite - infection vaginale (mycose)

 

Mesures préventives de base

Quelques moyens de prévenir les vaginites

·         Avoir une bonne hygiène intime, bien rincer et sécher correctement la région génitale. Attention cependant à ne pas se laver trop fréquemment ni utiliser des produits antiseptiques qui fragilisent la muqueuse.

·         S’essuyer de l’avant vers l’arrière après les selles pour éviter la propagation de bactéries du rectum au vagin.

·         Éviter l'utilisation de produits parfumés (savons, bains moussants, papier hygiénique, tampons ou protège-dessous).

·         Éviter d'utiliser les douches vaginales à des fins hygiéniques. Les douches vaginales modifient l'équilibre naturel de la flore vaginale.

·         Ne pas utiliser de déodorant vaginal.

·         Changer régulièrement les tampons et les serviettes hygiéniques.

·         Porter des sous-vêtements de coton (éviter le nylon et les g-strings).

·         Si possible, laver les sous-vêtements avec un peu d'eau de Javel dans l'eau chaude pour tuer les micro-organismes.

·         Dormir sans sous-vêtement pour laisser l’air circuler autour de la vulve.

·         Éviter de porter des pantalons trop serrés et des collants de nylon.

·         Éviter de garder un maillot de bain mouillé.

·         Avoir des relations sexuelles protégées, pour prévenir le risque de trichomonase et d’autres infections transmises sexuellement.

 

Mesures pour prévenir les récidives

Adopter de bonnes habitudes alimentaires. Le milieu vaginal est le reflet de l'état général de l’organisme. Un régime alimentaire équilibré faible en gras et en aliments transformés est de mise pour prévenir les infections vaginales. Pour favoriser l’équilibre de la flore vaginale et stimuler la fonction immunitaire, il est également recommandé de consommer des aliments riches :

-en vitamine A et en bêta-carotène comme les abats, le foie, les patates douces, les carottes et les épinards;
-en vitamine C comme les poivrons rouges et verts, la goyave, le kiwi et les agrumes;
-en zinc comme les huîtres, les viandes (boeuf, veau, agneau), le poulet, les légumineuses et les céréales entières3.

Particulièrement pour les vaginites à levures, il est recommandé d’éviter de consommer trop de sucre, incluant les jus de fruits sucrés.

Consommer des probiotiques. La consommation de probiotiques, sous forme de yogourts, pourrait être bénéfique (voir section Approches complémentaires). Par ailleurs, puisque la consommation régulière de kéfir, de tempeh et de choucroute contribue à conserver la santé de la flore intestinale, elle pourrait avoir le même effet sur la flore vaginale.

 

TRAITEMENT

cordyceps.jpgGarlic_oil.jpgkuding-plus-tea.jpgzinc.gif

 

 

 

 

 

02:32 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Les commentaires sont fermés.