Hopper_beetle
Hopper Beetle
Click here to play this game
topblog Ivoire blogs

28/03/2013

HEMORROÏDE

Hémorroïde

Varice des veines situées autour de l'anus.external hemhoids.jpg

Les hémorroïdes, pathologie courante et banale chez l'adulte, se divisent, selon leur emplacement, en hémorroïdes internes et hémorroïdes externes.
Leur apparition est favorisée par l'hérédité, la constipation et la grossesse, par le biais de l'hypertension veineuse qu'elle entraîne.

SYMPTÔMES ET SIGNES

Parfois sans symptômes, les hémorroïdes peuvent néanmoins se manifester par des douleurs et/ou par des saignements.
— Les douleurs peuvent aller d'une sensation de pesanteur anale, en cas d'inflammation locale (anite hémorroïdaire), à une douleur violente et intolérable en cas d'étranglement d'un prolapsus hémorroïdaire (hémorroïde extériorisée et visible), appelé procidence hémorroïdaire. Les thromboses hémorroïdaires (tuméfactions bleutées, arrondies et dures provenant de la formation de caillots sanguins), le plus souvent externes, sont également responsables de douleurs importantes.
— Les saignements, ou rectorragies hémorroïdaires, proviennent de lésions du réseau capillaire adjacent à la zone hémorroïdaire interne. Le saignement, de couleur rouge vif, est le plus souvent peu abondant et déclenché par la défécation. Néanmoins, tout saignement doit mener à un examen rectocolique approfondi de manière à pouvoir exclure l'hypothèse d'un cancer.

téléchargement5.jpg

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENThem dig.JPG

Le diagnostic, aisé, se fait au cours d'un examen, dit proctologique, qui comprend le toucher rectal, l'examen de la marge anale et l'anuscopie.
Le traitement commence par l'administration de laxatifs non irritants, l'absorption de médicaments anti-inflammatoires ou destinés à améliorer la circulation et la tonicité veineuses et l'application locale d'antiseptiques et d'anesthésiques. Les hémorroïdes peuvent également être soignées par des interventions réalisables par voie endoscopique : injections sclérosantes, ligature élastique qui serre la base de l'hémorroïde et entraîne sa nécrose, cryothérapie. En cas d'échec du traitement médical ou de pathologie sévère, on pratique une hémorroïdectomie.

TRAITEMENT

spirulina.jpg    the_nettoyage_intestin.jpg     meal_cellulose.jpg

 

 

00:21 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

26/03/2013

LA FATIGUE CHRONIQUE

Syndrome de fatigue chroniqueimages3.jpg

Terme désignant la manifestation chez un individu d'un ensemble variable de troubles subjectifs, dominés par une fatigue durable, sans cause organique connue.

Synonymes : encéphalite myalgique, encéphalomyélite myalgique, fatigue chronique postvirale, syndrome des yuppies.

Bien que le syndrome de fatigue chronique (S.F.C.) ait été reconnu par l'Organisation mondiale de la santé, la nature exacte de cette maladie, et son existence même, sont encore l'objet d'une assez vaste controverse.
On le distingue de la fatigue accompagnant de nombreuses maladies organiques.
Le S.F.C. est observé dans un grand nombre de pays, sa fréquence variant de 2 pour 100 000 à 1 %. Il touche principalement les femmes (dans 80 % des cas), et survient entre 20 et 50 ans – le plus fréquemment aux alentours de 35 ans.

images1.jpg        téléchargement5.jpg      images2.jpg

CAUSES

Les causes du S.F.C. ne sont pas connues. Plusieurs hypothèses ont été avancées, dont aucune n'a jusqu'à maintenant été étayée expérimentalement. Il pourrait résulter, de façon non exclusive, d'un dysfonctionnement immunitaire ou neurohormonal, impliquer un agent infectieux, notamment viral (l'E.B.V., responsable de la mononucléose infectieuse, virus herpétiques, entérovirus ou rétrovirus), ou encore faire intervenir des facteurs psychologiques (stress, surmenage, dépression masquée), voire génétiques.

SYMPTÔMES ET SIGNES

Le S.F.C. se déclare subitement, le plus souvent à l'occasion d'une affection virale ordinaire (rhume, grippe, mononucléose infectieuse). Les symptômes, très variables d'un cas à l'autre, sont dominés par une fatigue durable (plus de 6 mois) et inexpliquée, qui entraîne une diminution de l'activité, et que le repos ne dissipe pas. Peuvent s'y greffer d'autres manifestations, telles que destéléchargement4.jpg maux de gorge, des maux de tête, des douleurs articulaires ou musculaires, une légère température, des sueurs nocturnes, des difficultés de concentration ou de mémorisation. L'intensité de ces symptômes peut fluctuer avec le temps. Il n'existe par ailleurs aucun signe biologique ni morphologique.
L'évolution est variable, souvent entre 2 et 6 ans, parfois plus. Elle mène dans certains cas vers une fibromyalgie.

TRAITEMENT

En l'absence de cause clairement connue, le traitement est empirique. La prise de « fortifiants », de vitamines, d'oligoéléments, de médicaments homéopathiques est inefficace. L'exercice physique modéré et la relaxation peuvent être utiles. L'utilisation à faible dose de médicaments antidépresseurs sérotoninergiques peut améliorer la situation. Il importe surtout de mettre les patients en confiance, de les rassurer, de leur expliquer que le syndrome guérit pratiquement toujours après des mois, voire des années d'évolution.

PRODUITS DU TRAITEMENT

kuding-plus-tea.jpgcalcium.gifcordyceps.jpgspirulina.jpg

 

 

14:25 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | | Pin it! |